Mesdames, Messieurs,

A l’heure où l’Europe est mise à mal avec à nouveau l’arrivée de la guerre sur son territoire, la Journée de l’Europe, ce lundi 9 mai prend tout son sens.

A l’époque, l’objectif de Jean Monnet, est d’unifier les forces de la France et de l’Allemagne pour se soutenir mutuellement. L’objectif de fond est de construire une paix durable entre les deux nations et au sein de l’Europe.

Le 9 mai 1950, Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères, annonce dans le salon de l’Horloge du Quai d’Orsay à Paris:

« Par la mise en commun de productions de base et l’institution d’une Haute Autorité nouvelle, dont les décisions lieront la France, l’Allemagne et les pays qui y adhèreront, cette proposition réalisera les premières assises concrètes d’une Fédération européenne à la préservation de la paix »

Ainsi l’anniversaire de la déclaration Schuman est fêté tous les ans, le 9 mai. La Journée de l’Europe a été instaurée à cette date en 1985 par les dirigeants européens et fêtée pour la première fois en 1986.

Ces célébrations annuelles traduisent les liens tissés par les diverses nations européennes. L’Union Européenne est un acteur important, face à la guerre en Ukraine. Elle manifeste sa solidarité, apporte son appui à ce pays et à sa population sur le plan politique, financier et humanitaire.

Ce texte fondateur a été essentiel à la construction de l’Europe : « Pour que la paix puisse vraiment courir sa chance, il faut, d’abord, qu’il y ait une Europe. »

C’est pourquoi, nous comprenons combien la Communauté Européenne est une force pour chacune des nations qui en font partie.

Dominique GANTIEZ